Classe difficile : 5 astuces pour gérer son stress

5 solutions pour lâcher-prise face à des élèves difficiles

Le stress chez les enseignants fait partie des difficultés du métier. Il peut nous envahir de temps en temps, surtout lorsque nous sommes confrontés à une classe difficile. Mais parfois on n’arrive plus à s’en débarrasser et nous rend la vie impossible. Toujours à cran, toujours épuisée et sans solution pour s’en libérer.

La classe est finie. Les élèves sont partis. Vous voilà soulagés, épuisés mais la joie vous a abandonnée aussi. J’ai connu ces mauvaises journées où quand le soir arrive, il ne reste plus rien de vous. J’ai connu ces moments quand j’ai débuté et que je ne savais pas comment gérer une classe. (Comment j’aurais pu le savoir puisqu’on ne me l’avait jamais appris). Mais j’ai connu ces moment aussi il y a peu pourtant j’avais beaucoup plus d’ancienneté. Ces journées stressantes, n’importe quel enseignant risque de le rencontrer au cours de sa carrière. Comment faire pour le gérer ? Que peut-on mettre en place pour éviter de se laisser envahir complètement ?

1. Accueillez vos élèves avec le sourire

Je vous entends déjà me répondre facile à dire. Et vous avez raison. C’est plus facile à dire qu’à faire. Je me suis retrouvée face à une classe où chaque jour je me demandais ce que je faisais là. Avant même que la journée n’ait commencé, je voulais déjà qu’elle soit terminée. Mais, avec l’expérience et le recul, comment vouliez-vous que la journée se passe bien avec cette attitude. Je ne lui laissais aucune chance.

Alors souriez dès le matin. Saluez vos élèves avec un sourire. Ils n’ont peut-être pas plus envie que vous d’être là. Ils ont sûrement aussi des difficultés à gérer. Mais si vous souriez, vous leur enverrez un message positif et vous vous enverrez un message positif à vous-même. Quoiqu’il arrive, vous essaierez de faire en sorte de passer une bonne journée avec eux.

Si vous voulez connaître d’autres bienfaits du sourire, vous pouvez lire mon article sur les neurones miroirs.

2. Observez

En quoi regarder ses élèves peut-il aider l’enseignant à se décharger de son stress ? Observer, c’est prendre une attitude de recul. C’est s’obliger à ne pas réagir au quart de tour. Alors cela ne vous aidera peut-être pas à vous libérer de votre stress mais cela vous aidera sûrement à ne pas vous laisser envahir par lui.

Un élève passe son temps à discuter. Vous sentez votre stress monter, peut-être même votre colère aussi. En tout cas, cela commence à bouillonner. Est-ce que votre respiration s’accélère ? Est-ce que vous sentez votre estomac se contracter ? Prenez le temps de reconnaître les signes qui vous indiquent que vous allez perdre votre calme. Prenez le temps d’observer cet élève qui bavarde. Et posez vous des questions. Est-ce qu’il bavarde vraiment toute la journée ou seulement à certains moments ? Lesquels ? Est-ce plutôt dans certaines matières ou au contraire, toujours au même moment de la journée ? Vous en apprendrez plus sur lui en vous arrêtant qu’en réagissant dans l’instant présent. En plus, ce sera profitable pour votre niveau de stress.

3. Cherchez l'intention derrière l'action

Quand vous vous sentez particulièrement énervée par l’action d’un élève, prenez le temps de vous demander pourquoi. Qu’est-ce que cela vous rappelle ? Ne vous êtes-vous déjà comporté de la même manière dans d’autres circonstances ? Si oui, quelle était votre intention derrière ? Quel besoin cherchiez-vous à combler ?

Par exemple, si vous êtes comme moi, ce qui vous énerve c’est quand un enfant vous sourit alors que vous êtes en train de lui faire une remarque. Ça me fait sortir de mes gonds, que ce soit avec mes élèves ou avec mes enfants. J’ai tendance à croire qu’ils se moquent de moi ou qu’ils n’en ont rien à faire de ce que je dis. Un soir, après la classe, une fois chez moi tranquillement installée, me sentant plus calme et reposée, je me suis demandée si je n’avais pas moi-même déjà eu ce comportement. Je me suis revue enfant face à mes parents qui me disputaient et je me vois sourire, non pas parce que je me moquais de ce qu’ils me disaient mais parce qu’au contraire, je voulais qu’ils sachent que j’étais désolée, que je regrettais. J’essayais de recréer du lien avec eux. Si telle était mon intention derrière ce sourire, les élèves ne peuvent-ils pas avoir la même ? Aujourd’hui, quand un enfant me sourit alors que je le réprimande, je repense à cette intention et j’essaie de recréer du lien en lui tenant la main. Mais je ne m’emporte plus. Se demander quel besoin cherche à combler les élèves avec leurs actions est vraiment bénéfique pour diminuer le stress des enseignants.

4. Changez sa perception d'une situation

Autant se le dire tout de suite, parfois la solution précédente ne fonctionnera pas. Vous aurez beau y réfléchir, vous ne trouverez pas quel besoin l’élève essayait de combler en adoptant une attitude aussi insolente, désagréable (ou mettez l’adjectif que vous voulez).

Alors quoi faire ? Continuer à ressasser cette situation toute la soirée ne vous aidera pas. Cela n’aidera pas votre famille non plus qui devra supporter votre mauvaise humeur. Comme vous ne pouvez pas changer ce qui s’est passé, essayez de changer votre regard sur ce qui s’est passé. Allons même encore plus loin, essayez d’en rire. Repensez à la situation qui vous a pourri votre journée et transformez la dans votre esprit en quelque chose de drôle. Il ne s’agit pas de se moquer de vos élèves, juste de faire baisser votre niveau de stress.

5. Tenez un journal de gratitude

Jusqu’ici les conseils nous poussaient plutôt à faire attention aux mauvais comportements, de les observer, d’essayer de les comprendre ou d’en rire. Mais il faut aussi (c’est indispensable si on veut pouvoir durer dans le métier) regarder les bons moments. En fait, il faut même faire plus que ça. Prenez le temps chaque soir de vous les remémorer, de repenser à ce que vous avez ressenti : revivez les dans leur moindre détail. Puis notez les dans votre journal. Pourquoi les écrire ? Pour les jours où vous êtes vraiment stressée ou épuisée. Vous pourrez les relire et vous sentir plus apaisée.

Le stress de l’enseignant est aussi néfaste pour lui-même que pour ses élèves. Un professeur qui se sent à cran ne saura pas faire preuve de patience face aux comportements des enfants. C’est pourquoi il est important d’apprendre à diminuer son niveau de stress. Mais attention, soyez indulgent avec vous-même. Vous avez perdu votre calme pendant la classe ? Ça arrive, vous êtes humaine. Vous vous sentez de mauvaise humeur à la fin de la journée ? Si possible, isolez-vous un peu pour rester tranquille, vous êtes humaine. Vous êtes fatiguée ce matin et n’avez vraiment la force de sourire ? Vous n’êtes pas parfaite, vous êtes humaine.

Ces solutions ne fonctionneront pas à tous les coups. Elles ne fonctionneront certainement pas toutes car nous sommes tous différents. Il y en a peut-être qui vous parleront plus que d’autres. Alors dites moi laquelle avez-vous préféré ? A quelle occasion l’avez-vous utilisée ?

5 astuces pour gérer son stress face à une classe difficile et rester positive
Partager l'article
  •  
  •  
  • 2
  •  
    2
    Partages
  •  
  • 2
  •  

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.